- Sixième étape -

Ouverture à la mort comme passage vers la perfection de la vie trinitaire

 «  Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel » Mat 6, 10

L’ultime étape du cheminement de l’âme est plus un départ qu’un terme : l’abandon radical à la volonté de Dieu.

Par les mots du bienheureux Charles de Foucauld, la consécration de l’âme est d’abord personnelle, vécue dans le silence.

 

Elle prend une dimension ecclésiale lors de « Afin que soit brisée la mort » où le sacrifice du Christ est reçu intimement comme l’unique acte de rédemption suffisant, auquel l’âme désire s’unir.

 

Enfin, la louange finale du « Dieu de toute bonté » résonne comme la joie qui résulte de la consécration de sa vie à Dieu. La charité y apparait comme le seul fil que la mort ne parviendra pas à briser, et signe dès ici-bas le triomphe de celui qui est chemin, vérité et vie !